Grenouilles et fourmis

Mis à jour le 28-Avr-2017

Les amphibiens terrestres consomment de grandes quantités de fourmis. Dans les zones envahies par la fourmi d'Argentine les grenouilles ont profité de grandes quantités de proies.

Les grenouilles tropicales Dendrobatidae ont dans leur peau des venins alcaloïdes qui proviennent en grande partie de fourmis. Il y a surtout 3 espèces dont la toxicité est très importante dans la nature (létale pour l'homme) dans le genre Phyllobates : P. terribilis, P. bicolor et P. aurotenia, et elles perdent totalement leur toxicité en captivité en quelques semaines dès que leur régime alimentaire change... On a pu identifier plus de 200 alcaloïdes chez Oophaga pumilio (poison dart frog) comme la pumiliotoxine (Daly et al. 2000; Saporito et al. 2012). Cela les protège des prédateurs qui sont informés par la couleur de la grenouille. Oophaga pumilio est peu prédatée par la fourmi Paraponera clavata et une araignée (Cupiennius coccineus, red-legged banana spider) alors que Craugastor brandsfordii non toxique l’est beaucoup. Les jeunes d’O. pumilio sont plus prédatés que les adultes car elles secrètent moins d’alcaloïdes (Murray et al. 2016).

       poison dart frog

En Equateur, la composition du venin d'Oophaga sylvatica (Little devil frog) reflète la diète de la grenouille (fourmis et acariens). On a même découvert dans l'estomac des grenouilles de nombreuses espèces de fourmis inconnues (McGugan et al 2016) comme par exemple Lenomyrmex hoelldobleri en Equateur, mais un seul spécimen (Rabeling et al 2016, voir Souque 2016).

En Amazonie, la grenouille Lithodytes lineatus vit dans les colonies d'Atta sans être attaquée, elle porte sur sa peau des substances qui la protègent, sans doute par mimétisme chimique mais cela reste à étudier (Barros et al 2016).

Voir
- Barros, A. d. L., J. L. López-Lozano and A. Pimentel Lima (2016). The frog Lithodytes lineatus (Anura: Leptodactylidae) uses chemical recognition to live in colonies of leaf-cutting ants of the genus Atta (Hymenoptera: Formicidae). Behav Ecol Sociobiol in press. DOI 10.1007/s00265-016-2223-y
- Daly, J. W., H. M. Garraffo, P. Jain, T. F. Spande, R. R. Snelling, C. Jaramillo and S. Rand (2000). Arthropod-frog connection: decahydroquinoline and pyrrolizidine alkaloids common to microsympatric Myrmicine ants and Dendrobatid frogs. Journal of Chemical Ecology 26: 73-85.
- McGugan, J. R., G. D. Byrd, A. B. Roland, S. N. Caty, N. Kabir, E. E. Tapia, S. A. Trauger, L. A. Coloma and L. A. O’Connell (2016). Ant and Mite Diversity Drives Toxin Variation in the Little Devil Poison Frog. Journal of Chemical Ecology 42(6): 537-551. 10.1007/s10886-016-0715-x
- Murray, E. M., S. K. Bolton, T. Berg and R. A. Saporito (2016). Arthropod predation in a dendrobatid poison frog: does frog life stage matter? Zoology. http://dx.doi.org/10.1016/j.zool.2016.01.002
- Saporito, R., M. Donnelly, T. Spande and H. M. Garraffo (2012). A review of chemical ecology in poison frogs. Chemoecology 22(3): 159-168. 10.1007/s00049-011-0088-0
- Souque, M. (2016) Une nouvelle espèce de fourmi découverte dans le vomi d'une grenouille. Maxisciences.com, 29 septembre. Site Web.

- Rabeling, C., J. Sosa-Calvo, L. A. O'Connell, L. A. Coloma and F. Fernandez (2016). Lenomyrmex hoelldobleri: a new ant species discovered in the stomach of the dendrobatid poison frog, Oophaga sylvatica (Funkhouser). Zookeys 618: 79-95. https://doi.org/10.3897/zookeys.618.9692. Article en libre accès