La guerre des fourmis

Mis à jour le 24-jan-17

Les guerres entre colonies de fourmis sont bien connues. Mabelis a décrit en 1979 les guerres entre colonies voisines de fourmis rousses Formica polyctena. On peut par exemple voir surtout au printemps deux colonies voisines de Camponotus cruentatus se battre avec de nombreuses victimes. Voir la photo avec une ouvrière décapitée et sans abdomen encore capable de marcher.. Au bout d'un certain temps, les combats cessent et une frontière s'installe entre les deux colonies.

        Camponotus cruentatus

J'ai aussi pu observer ce type de guerre entre colonies voisines de Manica rubida en Haute-Savoie (Morillon) sur les bords de la rivière Giffre.

      

La fourmi des pavés Tetramorium caespitum forme aussi des colonies très fermées avec des guerres (Bubak et al 2016, pour en savoir plus). Un internaute me signale des Lasius emarginatus dans une maison en Bretagne (Pontivy) en avril 2016, deux colonies en contact qui se battent avec des morts et des décapitées. Voir sur Youtube le film. Une fourmi avec une tête sur son antenne...

Cleo Bertelsmeier dans le laboratoire de Franck Courchamp à Orsay a travaillé sur les combats entre 4 espèces de fourmis invasives. Les espèces utilisant des armes chimiques (Wasmannia auropunctata et Lasius neglectus) sont bien meilleures que les autres avec leurs simples mandibules (Pheidole megacephala qui perd toujours en combat à deux et Linepithema humile). P. megacephala a cependant des ressources puisque en combat à quatre elle laisse les autres s'entretuer pour prendre la place ensuite (Stratégie de Napoléon selon Herzberg).

Les guerres de fourmis permettent à des colonies voisines de cohabiter pacifiquement après une période de conflit comme les meutes de loups : "Toute l'écologie actuelle montre qu'il existe constamment, chez différentes populations animales, des comportements tendant à instaurer entre elles des relations plus pacifiques. Notammant chez le loup, espèce territoriale dont les frontières, établies par marquage olfactif, ont précisément pour fonction de pacifier les relations entre les meutes." selon le philosophe Baptiste Morizot (Vincent 2016).

Contrairement à ce que l'on peut croire la guerre n'est pas commandée par un chef ni par la reine. Citons "Ces lâches de fourmis vertes ne veulent pas vraiment la guerre, s'exclaffa la reine. Elles ne se battront que si je donne l'ordre à mon armée d'attaquer." (Toujours maudit de D. Safier, 2016).

Voir
- Bellet, R. (2016). Et maintenant, la fourmi électrique. Le Journal du Dimanche 30 avril 2016. Pdf
- Bertelsmeier, C., S. Ollier, A. Avril, O. Blight, H. Jourdan and F. Courchamp (2016). Colony–colony interactions between highly invasive ants. Basic and Applied Ecology 17(2): 106-114.
- Bubak, A. N., J. D. W. Yaeger, K. J. Renner, J. G. Swallow and M. J. Greene (2016). Neuromodulation of Nestmate Recognition Decisions by Pavement Ants. PLoS ONE 11(11): e0166417. 10.1371/journal.pone.0166417
- Herzberg, N. (2016). La guerre des fourmis. Le Monde Science et Médecine 2 mai 2016. Pdf
- Mabelis, A. A. (1979). Wood ant wars: the relationship between aggression and predation in the red wood ant (Formica polyctena Forst.). Netherlands Journal of Zoology 29: 451-620.
- Nothias, J.-L. (2016). Les fourmis sont des guerrières hors pair. Le Figaro Mercredi 20 avril 2016. Pdf
- Vincent, C. (2016). Peace et Louves. Pour le philosophe Baptiste Morizot, l'homme doit créer des relations "diplomatiques" avec le loup plutôt que de le tuer. Le Monde Idées 25 juin 2016. p. 2.