Fourmis pots de miel (Honey Ants)      

Alain Lenoir mis à jour 17-Oct-2017     


Les fourmis pots de miel ont des ouvrières particulières avec l'abdomen gonflé (repletes en anglais) qui accumulent du miellat de pucerons (donc pas du tout du miel ..).
On les appelle aussi fourmis "gourdes". Il en existe au moins 34 espèces. En Australie on trouve Melophorus bagoti (red honey ant, très thermophile) et Camponotus inflatus dégustées par les aborigènes ; au Mexique Myrmecocystus mexicanus et M. melliger, en Amérique désertique comme l’Arizona M. mimicus (voir Empire of Desert Ants, superbe film documentaire, BBC 2011). Ces fourmis vivent dans les zones désertiques où elles doivent survivre pendant de longues périodes sans pouvoir trouver de nourriture. Un certain nombre d'ouvrières sont donc chargées de faire des réserves de miel qu'elles conservent dans le jabot, une poche spéciale de leur tube digestif. Leur abdomen peut prendre des proportions considérables. Elles se pendent au plafond comme des outres et lors des périodes de disette elles régurgitent le liquide sucré à leurs congénères. Les indigènes d'Australie avaient pour habitude de dénicher ces fourmis et d'en consommer l'abdomen distendu par le miel. Le héros du film Crocodile Dundee (1986) a été élevé par des aborigènes et se nourrit dans le bush de lézards, de larves diverses et de fourmis.

Et en Europe ? On trouve des fourmis avec des ouvrières à abdomen dilaté comme des Proformica. Claude Lebas a par exemple trouvé en Grèce des Prenolepis nitens. En photo sur le site une ouvrière qui stocke les substances liquides sucrées collectées par d'autres ouvrières. Le gastre est distendu.

La récolte en Australie :                

 

 Un tapis de souris aborigène d'Australie :    

Et une autre sur un sac par les aborigènes :

Une fourmi pot de miel en chocolat :

et une autre dégustée en Argentine (en 2010 dans http://antbiker.blogspot.fr/)

Dans la bande dessinée de Lucky Luke "Canyon Apache" le petit indien Coyotito apprécie particulièrement les fourmis à miel (d'ailleurs l'auteur écrit fourmis "au" miel) - Voir Albouy 2016 p. 32-32.

Voir
- Albouy, V. and J.-M. Chardigny (2016). Des insectes au menu ?, éditions Quae. 184p.