Lutte contre les fourmis

Alain Lenoir mis à jour 01-Nov-2017

Jusqu'à une date récente on luttait contre les fourmis et autres insectes de la maison ou du jardin avec des insecticides violents qui sont maintenant soit interdits ou pour ceux qui ne le sont pas encore sont de toutes façons dangereux. On trouve par exemple dans le musée de la vie rurale à Steenwerk (Nord) des exemplaires du néocide, le trop célèbre DDT, interdit en France seulement en 1971.

    

On est souvent gêné par la présence de trop de fourmis, surtout quand elles rentrent dans la maison. Il faut surtout accepter leur présence. Dans la maison repérer les entrées et les boucher. Ne pas laisser d'aliments qui les attirent. En général, l'invasion se produit au moment de l'essaimage à la fin du printemps, puis cela se calme.

Comment se débarrasser des fourmis ? Voir Doctissimo un site qui ne prône pas l'utilisation massive de pesticides..

- Surtout ne pas utilser les insecticides dangereux pour la biodiversité. On recomande parfois le pyrèthre, un insecticide naturel mais il agit sur tous les insectes et aussi sur tous les organismes aquatiques (poissons, reptiles) donc à utiliser avec prudence et pas pour les fourmis. Ne pas utiliser les poudres ou autres gels anti-fourmis qui contiennent l'imidaclopride (voir Wikipédia) qui est un néonicotinoïde 7000 fois plus toxique que le DDT et certainement en partie responsable de la mortalité des abeilles (sous le nom de gaucho).

  

- les produits à base de spinosad (produit fermenté dérivé du mélange de deux toxines -spinosynes A et D- sécrétées par une bactérie vivant dans le sol, Saccharopolyspora spinosa) peuvent être utilisés, peu dangereux pour les vertébrés mais très toxiques pour les abeilles et les invertébrés aquatiques. Alors prendre uniquement la formule en petite boîte où les fourmis entrent. Elles meurent en quelques jours et transmettent le poison dans le nid. Ne pas se faire d'illusion, il est rare d'éliminer complètement la colonie.. Attention aussi, il y a de plus en plus de résistance qui apparait, donc le spinosad devient inefficace..

- La terre de diatomée pourrait être d'une bonne efficacité. C'est un insecticide naturel qui provoque des micro-lacérations ayant pour effet de déshydrater les insectes par la perte de fluides. Il n'y a pas de développement de résistance. On peut l'utiliser aussi dans les jardins.

 

Un exemple de poudre de diatomée :

- Le bicarbonate semble aussi efficace contre certaines espèces selon Michel Droulhiol. Lesquelles ?

- Des formicides verts existent comme le Macex® (Tiepo et al. 2010) qui ne sont pas toxiques (Cotelle et al. 2012). C’est un mélange de caféine, d’acides gras avec de la pulpe de pomme et de citron comme attractif.

En Europe diverses tentatives d’éradication ont été entreprises comme à Ostende contre la Tapinoma magnum invasive, avec un insecticide, le 10CS (Lambda-cyalothrine, pyréthrinoïdes - hélas très toxique pour les animaux aquatiques) encapsulé. Je ne connais pas les résultats de cette action, mais je doute que ce soit efficace.

Dans des pays comme le Brésil on utilise l'imidaclopride contre les fourmis champignonnistes coupeuses de feuilles. Chez Acromyrmex subterraneus les doses les plus faibles induisent une augmentation de toilettage (Galvanho et al 2013). Chez Atta sexdens la mortalité apparait à 10ng / fourmi (Santos et al. 2007). On utilise encore le mirex (1) pour lutter contre les fourmis coupeuses de feuilles (champignonnistes) comme j'ai pu le voir au stand présenté lors d'un congrès sur les fourmis en 2015... mais il y avait aussi un autre stand présentant un insecticide à base de végétaux, le bioisca.

             

Bien sûr dans la lutte contre les fourmis il faut parler de la fourmi de feu.. Des millions de dollards sont dépensés chaque année sans succès pour lutter contre cette peste (voir lutte contre les fourmis).

Il faut sans doute s'inspirer de ce que dit le philosophe Baptiste Morinot "On a longtemps cru qu'il fallait exploiter plus efficacement la nature pour améliorer nos conditions de vie humaine; on commence à comprendre, que pour atteindre cet objectif, il faut apprendre à mieux cohabiter avec les autres créatures de la terre." (Vincent 2016). Ou encore Rémy Chauvin qui écrit "On n'arrête pas la machine-fourmilière, à moins de la détruire toute entière. N'en éliminer qu'une partie ne sert à rien. Cassez la moitié d'un ordinateur, et dites-moi si l'autre moitié est capable du quoi que ce soit ? Faites subir la même chose à une fourmilière.. la machine continue à fonctionner, tout en réparant ses pertes." voir pdf

Divers
- "Le grand brouillard apparaît quelquefois dehors. La plupart de ceux qu'il prend meurent misérablement. les chanceux comme toi deviennent fous ou aveugles. Ou les deux. Ce grand brouillard ressemblait fort à l'insecticide dont je m'étais plus d'une fois servie - en vain - pour chasser les fourmis de notre terrasse." Kim Lange dans Maudit Karma (David Safier 2008).
-
Deux fous discutent : "Pourquoi tu mets de l'insecticide dans tes chaussures ? " "Parce que j'ai des fourmis dans les pieds"
- Dans Phase IV, les chercheurs veulent détruire les fourmis mutantes avec un insecticide qui tue les hommes.
- Dans « Aventures » (d'Italo Calvino, 1952) la lutte chimique contre les fourmis d'Argentine est inefficace malgré un déferlement de produits les plus divers et les plus toxiques.. "Vous les détruirez toutes ? - Non, objecta tranquillement le capitaine, détruire les ouvrières ne mène à rien. Il y a des fourmilières dans tous les coins, avec des reines qui en pondent par millions." (p. 181)

(1) le mirex est un organochloré utilisé à grande échelle aux USA pour lutter contre la fourmi de feu et interdit depuis 1976. En France on l'appelle chlordécone (voir Wikipédia), il a été utilisé massivement en Guadeloupe contre un charançon dans les plantations de bananiers jusqu'en 1993 .

Voir
- Chauvin Rémy. Dieu des fourmis Dieu des étoiles. Le Pré aux Clercs 1988, 250 pages.
- Cotelle, S., R. C. Testolin, A. S. Foltête, G. Bossardi-Rissardi, V. Vaater and C. M. Radetski (2012). Genotoxicity potential of a new natural formicide. Environ Sci Pollut Res Int. 19: 628-635. doi: 10.1007/s11356-011-0599-9. Epub 2011 Sep 7.
- Droulhiol M. (2010). Le bicarbonate malin. Editions Leduc. p. 61. Pdf
- Galvanho, J. P., M. P. Carrera, D. D. O. Moreira, M. Erthal, C. P. Silva and R. I. Samuels (2013). Imidacloprid Inhibits Behavioral Defences of the Leaf-Cutting Ant Acromyrmex subterraneus subterraneus (Hymenoptera:Formicidae). Journal of Insect Behavior 26(1): 1-13. 10.1007/s10905-012-9328-6
- Santos, A. V., B. L. de Oliveira and R. I. Samuels (2007). Selection of entomopathogenic fungi for use in combination with sub-lethal doses of imidacloprid: perspectives for the control of the leaf-cutting ant Atta sexdens rubropilosa Forel (Hymenoptera: Formicidae). Mycopathologia 163(4): 233-240. 10.100
- Tiepo, E. N., A. X. R. Corrêa, C. Resgalla Jr, S. Cotelle, J.-F. Férard and C. M. Radetski (2010). Terrestrial short-term ecotoxicity of a green formicide. Ecotoxicology and Environmental Safety 73(5): 939-943.
- Vincent, C. (2016). Peace et Louves. Pour le philosophe Baptiste Morizot, l'homme doir créer des relations "diplomatiques" avec le loup plutôt que de le tuer. Le Monde Idées 25 juin 2016. p. 2.